À PROPOS

Depuis plus de 10 ans je travaille sans savoir où je vais, sans savoir pourquoi.

Mais je travaille.

Je cherche.

Je recommence.

 Je continue.

Je m’arrête.

Je repars.

Je désespère.

Je me passionne.

 

J’observe les gens, ne sachant pas prendre part au flot de paroles.

Je crois comprendre, je réalise que non.

J’entends des mots qui veulent dire des contraires. Je vois des gens qui hochent la tête. Qu’ont-ils compris ?

 

Il y a comme une boucle de temps. Départ-arrivée. Lire en boucle.

Pas de début vraiment, ni de fin. Un recommencement incessant.

 

Des non-dits. Des secrets. Des mystères. Des fantasmes.

 

J’essaye mais tout m’échappe.

 

Mon travail est ainsi. Sans réponse. Plein de murmures. Bourré de suppositions. Sali de tentatives et de timidité. Jamais ce qu’il devrait être.

 

Frustration.

 

Mais tant pis. Peut être demain.

 

« Je ne comprends ce que je cherche qu’en peignant. Picasso aurait dit : « Je ne cherche pas, je trouve. » Mon attitude est un peu différente : c’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche. Ma peinture est un espace de questionnement et de méditation où les sens qu’on lui prête peuvent venir se faire et se défaire. » Pierre Soulages